| Accueil
Mon beau souci #3

« Faire ressortir l’âme sous l’esprit, la passion derrière la machination, faire prévaloir le cœur sur l’intelligence en détruisant la notion d’espace au profit de celle du temps. »

Montage, mon beau souci, Jean-Luc Godard


Je m’ouvre comme des mains d’aveugle.
Je sens les choses exister hors de moi.
J’assimile la répétition des gestes et des situations comme moyen d’abolition.
Je dessine dans l’air un mouvement répété.
Je peins des taches bleu sombre.
Je montre des choses admirables sans avoir la moindre conscience des dimensions de son œuvre.
J’espère cette lecture simultanée de l’espace.
J’imagine un portrait anonyme.
Je me contente de cheminer en moi.

Je redoute toute la nuit l’immobilité la plus absolue.
Je m’enfonce dans les pires cauchemars.
Je me perds avec des cris de désespoir.
J’imagine un jeu ridicule et monstrueux.
Je vais au-delà de la peur, au-delà de la fuite en pleine nuit.
J’anticipe le désir lancinant de se retrouver seul.
Je repousse des envies de fuir.
J’espère la surprise et un grand ravissement.
Je brûle comme un feu sous la cendre.

Je perds l’habitude de croire au monde extérieur.
J’attends à l’affût comme toujours.
Je veux regarder en l’air.
Je contemple au-dessus de moi un ciel qui s’écrase contre ma nuque et les épaules.
Je prends conscience de l’impression de douleur causée par cette perte.
J’attends demain pour tenter à nouveau quelque chose.
Je me maintiens au bord de l’eau, au bord du rêve.
Je ressens comme une somnolence, je ne sais pas comment l’expliquer.
Je crois que c’était soudain comme un vent, une liberté qui nous prenait par la main.


LIMINAIRE le 27/05/2020 : un site composé, rédigé et publié par Pierre Ménard avec SPIP depuis 2004. Dépôt légal BNF : ISSN 2267-1153
Flux RSS Liminaire - Pierre Ménard sur Publie.net - Administration - contact / @ / liminaire.fr - Facebook - Twitter - Instagram - Youtube