| Accueil
Au jour le jour #28

XXVIII

Gris de l’orage qui ne vient pas. Pluie discrète. Dès que le soleil revient la chaleur s’installe à nouveau. Journée de travail. Le téléphone sonne, personne ne répond. La violence de cette sonnerie qui nous ramène à la réalité.

Promenade dans la relative fraîcheur du matin du côté de la rue Ordener. Il ne fait pas trop chaud à l’ombre. Dans la haie de troènes des voisins, ce qui ressemble au nid des colombes. Le jardin des délices dans la carrière de Boulbon, près d’Avignon. Le son assourdissant des cigales. La clé se grippe dans la serrure. Les cigales étaient enregistrées. Ce qui est beau c’est comment le spectacle s’installe.

Les ventilateurs brassent de l’air dans l’open-space de la bibliothèque. L’avantage c’est qu’il ne font pas de bruit. Dans le hall d’accueil, les usagers nombreux font du bruit en tournant les pages de leurs journaux et magazines. on se croirait dans la salle d’attente d’un médecin. Nina, le retour. En attendant ma commande au restaurant Japonais, j’aperçois une jeune femme blonde qui pose pour une photo devant son ami en faisant une arabesque en pleine rue. Un peu plus loin, un couple s’embrasse langoureusement.

Demain matin Alice part en séjour à Belle-île en mer pour accompagner les enfants de la structure dans laquelle elle travaille cet été en tant qu’éducatrice spécialisée.

À la maison avec Nina. Partage de nos goûts musicaux. La voir découper ses morceau de tissus pour créer son patchwork, comme lorsque Alice fait ses collages, découpe les lettres des journaux qu’elle colle ensuite sur son carnet, me rappelle les heures passées à réaliser mes enveloppes décorées. L’homme invisible. Assourdissant pépiement des oiseaux dans le jardin, ce soir.

Traversée sous le périphérique pour filer au Pré Saint-Gervais. Emyn à la maison. Taboulé. Du cidre avec des glaçons. « Azur, nos bêtes sont bondées d’un cri, je m’éveille songeant aux fruits noirs de l’amibe dans sa cupule verruqueuse et tronquée. »

Pluie dans la nuit. Une image sur Internet qui déclenche le souvenir d’un rêve. Je croise un troupeau de zébus. Leur taille m’impressionne. Composer l’anthologie des textes utilisant la forme celle qui, celui qui, ceux qui. Saint-John Perse, Jean-Louis Kuffer. J’avais commencé une liste, je l’ai perdue. On peut y ajouter Rébecca Chaillon (Boudin Biguine Best of Banane). Les lointains slogans d’une manifestation me parviennent depuis la Gare de l’Est. L’impression qu’il est déjà trop tard.

Au jour le jour : bloc-notes quotidien

Coaraze, le 13 juillet 2011

LIMINAIRE le 21/02/2024 : un site composé, rédigé et publié par Pierre Ménard avec SPIP depuis 2004. Dépôt légal BNF : ISSN 2267-1153
Flux RSS Liminaire - Pierre Ménard sur Publie.net - Administration - contact / @ / liminaire.fr - Facebook - Twitter - Instagram - Youtube