| Accueil
Planche-contact : semaine #41

Planche-contact : Écriture photographique et mémoire du processus créatif.

Tous les jours je prends une photographie et je la diffuse sur le site Tumblr : Planche-contact, en y associant une phrase trouvée sur l’un des nombreux blogs et sites littéraires que je suis régulièrement sur Netvibes ou sur Twitter. À la fin de la semaine, je reprends l’ensemble des photos pour les diffuser dans un article avec le texte que j’ai écrit à partir des phrases trouvées pendant la semaine.

Premier bilan à mi-parcours : Planche-contact : mots clés

JPEG - 145.3 ko
Chantier de Stalingrad, le 07 octobre 2012

Un court instant, mille mots. Le bonheur laisse un goût de défaite. La difficulté n’est pas de monter, mais en montant de rester soi. L’horizon qui recule, les labyrinthes de mémoire, qui suis‑je dis‑tu par ton silence. On passe de l’intérieur à l’extérieur - on marche dans la vie et ses reflets. Nous continuer au-delà de nous même, dans l’inconnu. Jusquʼà ne plus rien voir rien noter vaciller zig zaguer. Le vide s’installe. Des souvenirs autres en contrepoint ou à l’unisson, avec petit infléchissement.

Quai de la Charente, Paris 19ème, dimanche 7 octobre 2012, 11h30. Un court instant, mille mots. Le bonheur laisse un goût de défaite. Aporos 208 (Francis Royo)

Avenue Pierre Mendès-France, Paris 13ème, mardi 9 octobre 2012, 10h30. L’horizon qui recule, les labyrinthes de mémoire, qui suis‑je dis‑tu par ton silence. La tendresse (Lumière des jours, Jacques Ancet)

Rue Lafayette, Paris 10ème, mercredi 10 octobre 2012, 19h. On passe de l’intérieur à l’extérieur - on marche dans la vie et ses reflets. il fait si noir que pleurer nous est interdit (Effacements, ana nb)

Quai de la Reine Blanche, Melun, jeudi 11 octobre 2012, 16h30. Regarder le monde tel qu’il est, les gens, les trottoirs, le gris des chantiers. Numéro (Pendant le week-end, Pierre Cohen-Hadria)

Rue du Bac, Melun, vendredi 12 octobre 2012, 18h. Ne cherchons pas la solution. Elle est, comme toujours sans doute, dans le problème. Au jour peut-être le jour 3 (Le Gnou Scpetique, Francis Royo)

Rue Dajot, Melun, samedi 13 octobre 2012, 9h25. Des souvenirs autres en contrepoint ou à l’unisson, avec petit infléchissement. Un jour de plus, encore – et vrais-faux souvenir (Paumée, Brigitte Célerier)


LIMINAIRE le 23/04/2019 : un site composé, rédigé et publié par Pierre Ménard avec SPIP depuis 2004. Dépôt légal BNF : ISSN 2267-1153
Flux RSS Liminaire - Pierre Ménard sur Publie.net - Administration - contact / @ / liminaire.fr - Facebook - Twitter - Instagram - Youtube