| Accueil
Au jour le jour #29

XXIX

Mes parents à la maison. Nina cuisine. Petits légumes farcis. Glace noisette, chocolat. J’écoute By heart, la pièce de Tiago Rodrigues sur France Culture. Sonnet 30 de William Shakespeare, traduit par Charles Garnier. Cet exercice tiré du sommeil des souvenirs d’enfance. Quand je fais comparoir les images passées / Au tribunal muet des songes recueillis / Je soupire au défaut des défuntes pensées / Pleurant de nouveaux pleurs les jours trop tôt cueillis.

Rêve : Prisonnier dans une salle d’attente. Au réveil, l’impression d’avoir été ballotté dans les rouleaux de vagues des grandes marées. Lessivé. J’entends un oiseau siffler, je crois que c’est celui entendu ce matin, qui seul dans le jardin appelait ses congénères. En fait il s’agit d’un oiseau qui chante dans la dernière vidéo de Christine Jeanney.

Fondant au chocolat avec sa boule de glace en dessert. Lettre dans la boite, les résultats des examens d’Alice. Elle nous autorise à lui annoncer par téléphone, encore en voyage à Belle-Île pour deux jours. Admise de belle manière.

J’enregistre exceptionnellement mon podcast à la bibliothèque (je le faisais très régulièrement à l’Astrolabe à Melun). Les temps changent. La salle est rafraîchie. Je baisse la voix qui vibre étrangement. Je ne m’en rends pas compte tout de suite. Le mixage est exceptionnellement long. C’est curieux cela arrive souvent sur des textes que j’aime tout particulièrement.

Je repousse l’heure de sortir. Impression de tamis à la lecture de mon texte Rien que les heures. De moins en moins de choses à changer, corriger, enlever. Le texte me plaît de plus en plus. C’est bon signe. Depuis des années je dois visiter l’église orthodoxe Saint-Serge de Radonège, rue de Crimée. Serge Boulgakov, expulsé de Russie en 1922 a participé à la fondation de l’Institut de théologie de cette église. Retour d’Alice à la maison après une semaine de randonnée à Belle-Île.

Une araignée au plafond. Nina part à Châtellerault pour le week-end. J’écoute de la musique en travaillant à des tâches répétitives à la bibliothèque. Je disparais dans la musique et les manipulations informatiques du copier coller. Je suis ailleurs. Emy, jeune stagiaire à la bibliothèque cet été, ressemble à Mademoiselle Rivière, le portrait d’Ingres exposé au Musée du Louvre.

Plus grand monde à la bibliothèque. Quelques habitués. Dans la rue, les trottoirs se vident le week-end. Je travaille la fenêtre ouverte. La pollution sonore de la rue en contrebas est invraisemblable. Nuage de gaz d’échappement, de poussière, de pollen, de bruits de moteurs de klaxons et de crissement de freins. Petit pincement au cœur en découvrant que le livre de Caroline a été emprunté.

Au jour le jour : bloc-notes quotidien

Barbaggio, Corse, le 17 juillet 2018

LIMINAIRE le 21/02/2024 : un site composé, rédigé et publié par Pierre Ménard avec SPIP depuis 2004. Dépôt légal BNF : ISSN 2267-1153
Flux RSS Liminaire - Pierre Ménard sur Publie.net - Administration - contact / @ / liminaire.fr - Facebook - Twitter - Instagram - Youtube