| Accueil
Au jour le jour #18

XVIII

Semaine de transition. Le temps va à l’envers. Les souvenirs changent de couleur quand on y revient. Le privilège de vivre dans le même quartier, chacun le voit avec les yeux de l’autre.

Mes rêves deviennent multiples. L’orage gronde. Le ciel s’obscurcit. Soudaine averse de grêle. Quelques minutes plus tard le soleil transperce la masse nuageuse. Déranger l’équilibre.

La forte luminosité du soleil m’empêche d’utiliser ce matin l’ordinateur du bureau. Le bleu encore timide du ciel. Chaque image trouve sa place, dans le calme. Appeler les inscrits aux ateliers qui n’auront pas lieu cette semaine, la conseillère numérique étant dans l’incapacité de les assurer. Sentir la tension au bout du fil, l’énervement et l’urgence de cette aide. Quelqu’un raccroche même avant la fin de la conversation.

Couleur du jour : bleu et vert. Je prends de l’avance. Les bruits des sirènes qui se mélangent, ambulance et police. Réception par coursier des dossiers pour la prochaine commission poésie du CNL. Trois gros paquets de livres. Atelier jouets d’optique. Ce temps passé avec les enfants, leurs découvertes de ces techniques à la fois anciennes et persistantes. Les vocations qu’elles ouvrent. Je me mets à leur place, je me souviens. La joie de créer. Le plaisir de la découverte.

La vie quotidienne offre plutôt de profonds courants. Si j’ai une idée d’aller où. Lire à la Grange-aux-Belles. Regarder passer des gens très variés, habitants et jeunes de la cité qui vont jouer au foot sur le terrain de sport en contrebas, voisins qui promènent leur chien, touristes qui reviennent au Générator. Comme si nous étions toujours sur le point de rencontrer notre double.

J’installe en arrivant à 13h l’ordinateur de ma collègue, ses deux écrans près de la fenêtre. Les projets se bousculent dans ma tête. Rester concentré. Je sais que cette partie du jour vient tous les jours. Je vis dans le soupir de mon présent. Je dois continuer à avancer. Ne pas voir trop, avoir juste assez.

Boucler les derniers travaux avant de partir en vacances. Programme de nos actions culturelles de juin à décliner sous toutes ses formes. Imprimées et numériques. Lettre d’information, diaporama sur l’écran d’accueil et sur les automates de la bibliothèque. Me voilà déjà fin juin. L’été se profile. Hausse des températures. Le temps me dépasse. Il est temps de partir. Couper les ponts. Vivre nous commence. Les vacances éternelles, dit notre collègue qui part aujourd’hui à la retraite.

Au jour le jour : bloc-notes quotidien

New-York, le 1er mai 2013

LIMINAIRE le 14/06/2024 : un site composé, rédigé et publié par Pierre Ménard avec SPIP depuis 2004. Dépôt légal BNF : ISSN 2267-1153
Flux RSS Liminaire - Pierre Ménard sur Publie.net - Administration - contact / @ / liminaire.fr - Facebook - Twitter - Instagram - Youtube