| Accueil
Un arc-en-ciel ne laisse pas de traces

L’air fait du bruit en passant au creux de l’oreille. Rien n’est si quelque chose paraît. Par-dessus tout par-dessus. Distance heureuse prétendent certains. Une timide lumière, un trait de soleil tiède. Le réel se refuse et nous prévient parfois par effractions. Une journée d’embardées, comme je l’avais imaginée. Tout n’est enfin qu’ordre et beauté. Aujourd’hui demain ne fait aucune promesse, n’a donc rien à tenir. Avec audace jusqu’à la chimère. Audace sans aucune hardiesse. Masque sur masque. L’illusion du miroir. Pas un mot, pas même chuchoté. Je ne suis ni profond ni silencieux. Le désordre soutient le crible à la manœuvre des trop-pleins et s’appauvrit dans un mouvement. Trop d’images, la comédie nous consume. La nuque raide. Le cœur saisi. Si confiant et si proche. Aujourd’hui dit que ça arrive. L’égarement divertit. Alors, ça vient ?

Un arc-en-ciel ne laisse pas de traces. On reprend tout à zéro. Les tentatives de fuite échouent. Écouter les voix. À ce rythme je ne m’occupai pas longtemps. Je n’ai désigné la beauté que plus tard. C’est une chose que de désirer, c’en est une autre que d’espérer. Réclamer le pire, le pire plutôt que tout ce gris. Oiseau affolé dans sa nuit. Rien que la poussière. Je m’arrange pour attendre. Je tenais là un autre indice : mon désaccord, mon disparate. Toujours les mêmes ressassements. Trop de réel, du bruit dans les escaliers, un courant d’air. Chercher en pleurant les traces de mes pas. Ses clés. Le voile s’épaissit progressivement. C’est une ombre longue. J’ai vécu dans un suspens, une levée du temps, sans futur ni projet, attelé au seul jour qui passe avec des nuits d’invention, des rêves à reculons. Avez-vous quelque chose à dire ?


LIMINAIRE le 27/05/2020 : un site composé, rédigé et publié par Pierre Ménard avec SPIP depuis 2004. Dépôt légal BNF : ISSN 2267-1153
Flux RSS Liminaire - Pierre Ménard sur Publie.net - Administration - contact / @ / liminaire.fr - Facebook - Twitter - Instagram - Youtube