| Accueil
LIMINAIRE
Vases communicants


Vase communicant : Face Terres...

En savoir plus sur les Vases communicants

... ruines que nous trouvions régulièrement sous les monceaux de verdure qui s’étaient chargés de faire disparaître rapidement les dernières traces de nos villes, de toutes nos vies d’avant, du monde tombé sur ses genoux et puis à terre et dont, il faut l’avouer, nous avions largement précipité la chute, peut-être parce que nous savions que c’était finalement là le seul espoir, la seule manière que nous avions de redevenir un peu les hommes que nous avions été ; ruines dont nous n’approchions jamais, nous contentant de les regarder, les examiner à distance, en chuchotant dans ces langues apparues depuis que tout avait changé, et dont certains prétendaient qu’elles étaient celles qui avaient été les premières parlées en ces temps-là, mais bien avant, où quelques singes trouvèrent à se lever ; ruines dont nous ne savions pas, à dire vrai, ce qu’elles étaient, à quel usage leurs constructeurs les destinaient (nous n’avions plus besoin que de quelques cabanes, un rond de feu autour duquel nous racontions des histoires sans fin, des contes à dormir debout qui se voulaient mémoires du monde mais n’étaient rien que l’invention de nous encore et puis toujours, légendes dont nous nous enivrions dans les draps gris des fumées qui, de loin en loin sur la planète verte, témoignaient de nos existences - et rien de plus, vraiment, plus rien de plus).

La vallée des peintres à Carolles : Photographie de Pierre Ménard

Ruines / Daniel Bourrion
Publié le 5 novembre 2010
- Dans la rubrique VASES COMMUNICANTS
Mémoire Langage Photographie Paysage Corps Traces






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter