| Accueil
LIMINAIRE
Vases communicants


Il y a une lumière que le vent a éteinte. La nuit le déclin de ce jour. La phrase semble plus délicate, plus tendre. Il y a des ombres qui s’étreignent devant un miroir terni. Reste à trouver une ligne de fuite, il n’y a pas d’autres mots. Au départ je n’y comprends pas grand-chose. Quelque chose de tellement ambiguë que nul ne sait dire de quoi il s’agit. Il me suit des yeux de sa fenêtre. Il paraît dans le noir de la chambre, se passe des choses curieuses là haut. La vie entière est faite de cette obscurité. L’air donc au frémir de la nuit tout cet air frémissant. Il y a un nuage qui se résout. Il y a un murmure de vent. J’ai toujours pris le train en marche. Silence. Dans les mains calmes. La peur et le mystère. La nuit venue son regard s’est altéré. D’une douceur bleue. C’est un horizon, une présence qu’on essaye de détourner mais qui s’approche à mesure que nous voulons la fuir. Rejetons nos appréhensions. Ruine sans cri à l’adresse du ciel. Cet instant suspendu entre des lèvres. La sensation de l’image, ce qui est à représenter, devient l’absolu, la vérité. Qui du texte ou du lieu fait l’autre ? Je suis une ombre à l’écart. Prendre les désastres aux mots. Fabriquer un peu d’incertain, de rumeur, d’alternative. Comme le blanc des yeux révulsés, quand le cœur se serre d’avoir pu oublier. Incessamment se corriger pour rendre à la vérité ce qui est à la vérité. Mémoire enclose dans son peu d’ombre. De quelle force s’arme ainsi la patience en sa lente parole. Je me demande si je ne voudrais pas être simplement son regard. Là, par l’immobilité où je voudrais dormir. Dans la candeur de ce qui tremble. Et marcher d’un endroit à l’autre, d’un mot à l’autre.

Vases communicants Pierre Ménard

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce texte a été diffusé en septembre 2009 sur le site d’Annie Rioux 36poses.org dans le cadre des Vases communicants. Comme le site n’est plus en ligne, je me permets de le diffuser sur Liminaire et j’en profite pour annoncer le prochain échange entre Urbain, trop Urbain et Liminaire, demain matin...

Douceur bleue
Publié le 6 mai 2010
- Dans la rubrique VASES COMMUNICANTS
Lumière Mémoire Regard Langage Fenêtre Silence Nuit Jour






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter