Une palpitation, un mouvement encore immobile, un espace de sursis dans la dissolution.

| Accueil
LIMINAIRE
Vous commentez
2 mai 2005, par Pierre Ménard

« mémoire maladie dont la plaie est diffuse quelqu’un pose son œil et fait sécher le temps la nuit coule à côté blanchie par le sommeil des choses et tout le ciel en rond se fige devenu »
Bernard Noël, La face de silence, P.O.L., p.42.

LIMINAIRE le 15/10/2019 : un site composé, rédigé et publié par Pierre Ménard avec SPIP depuis 2004. Dépôt légal BNF : ISSN 2267-1153
Flux RSS Liminaire - Pierre Ménard sur Publie.net - Administration - contact / @ / liminaire.fr - Facebook - Twitter - Instagram - Youtube