| Accueil
LIMINAIRE
Vous commentez
15 avril 2010, par Pierre Ménard
Départ dans l’affection et le bruit neuf. Recommence et va de plus en plus loin, comme en rêve. Plus rien ne m’arrête, je suis libre de mes mouvements. La nuit, j’annule les jours, je tourne la page. J’efface et je reprends, je lis entre les lignes, je croise et je compose autrement ce que je vis, je vois tout avec d’autres yeux. Mais rendre possible les liaisons. Dans ce monde extérieur, il y a quelque chose qui semble avoir pacifié le paysage urbain comme si la vie devenait pour un moment, plus (...)


© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter