Une palpitation, un mouvement encore immobile, un espace de sursis dans la dissolution.

| Accueil
LIMINAIRE
Vous commentez
5 janvier 2007, par Pierre Ménard

Proposition d’écriture :
« Chaque heure est un poème, chaque poème une heure. Un voyage de l’infime, éclats, fils, feux, fraîcheur, moiteur des corps… Vivacité, violence, naissance et mort, un passage de l’insaisissable… La voix de ce qui se tait mais insiste… Le compte de ce qui ne s’ajoute pas mais recommence. »
Vingt-quatre heures l’été, Jacques Ancet, éditions Lettres Vives, 2000.
Présentation du texte :
« Il y a dans tout poème une bouche obscure, muette qui compte. Et ce qu’elle compte c’est (...)

LIMINAIRE le 24/06/2019 : un site composé, rédigé et publié par Pierre Ménard avec SPIP depuis 2004. Dépôt légal BNF : ISSN 2267-1153
Flux RSS Liminaire - Pierre Ménard sur Publie.net - Administration - contact / @ / liminaire.fr - Facebook - Twitter - Instagram - Youtube