Une palpitation, un mouvement encore immobile, un espace de sursis dans la dissolution.

| Accueil
LIMINAIRE
Vous commentez
4 février 2018, par Pierre Ménard

« Le goût, c’est le dégoût du goût des autres. »
« D’abord le corps. Non. D’abord le lieu. Non. D’abord les deux. Tantôt l’un ou l’autre. Tantôt l’autre ou l’un. Dégoûté de l’un essayer l’autre. Dégoûté de l’autre retour au dégoût de l’un. »
Cap au pire, Samuel Beckett
Aujourd’hui je suis allé pour la première fois de ma vie chez le coiffeur. Ce qui est pour tous une pratique régulière, habituelle, avec ses rituels, ses désagréments et ses avantages, est insolite pour moi, inédite. J’ai 49 ans. Je dis avouer que je ne (...)

LIMINAIRE le 25/05/2018 : un site composé, rédigé et publié par Pierre Ménard avec SPIP depuis 2004. Dépôt légal BNF : ISSN 2267-1153
Flux RSS Liminaire - Pierre Ménard sur Publie.net - Administration - contact / @ / liminaire.fr - Facebook - Twitter - Instagram - Youtube