Une palpitation, un mouvement encore immobile, un espace de sursis dans la dissolution.

| Accueil
LIMINAIRE
Vous commentez
28 septembre 2014, par Pierre Ménard

« L’homme qui ne médite pas vit dans l’aveuglement, l’homme qui médite vit dans l’obscurité. Nous n’avons que le choix du noir. » Victor Hugo, William Shakespeare, I, 5, les Âmes I, 1864. La lumière naît de la nuit et y replonge. Miser sur le noir. Se laisser séduire par le prestige de ces différents noirs qui dominent l’horizon imaginaire, en parcourir toutes les occurrences. Et même à aller bien au-delà. Une avancée vers des ténèbres dont on ne mesure pas encore la profondeur mais dont on (...)

LIMINAIRE le 18/09/2019 : un site composé, rédigé et publié par Pierre Ménard avec SPIP depuis 2004. Dépôt légal BNF : ISSN 2267-1153
Flux RSS Liminaire - Pierre Ménard sur Publie.net - Administration - contact / @ / liminaire.fr - Facebook - Twitter - Instagram - Youtube