| Accueil
L’étrangeté animale d’une ombre qui rampe sur le sol

Odradek, est un nom inventé par Kafka dans la nouvelle inachevée Le souci du père de famille (Die Sorge des Hausvaters). Il a été l’objet de toutes les interprétations et les détournements imaginaires possibles. il est à la fois une poupée et un prodige tombé du ciel, une mécanique de l’horreur et une étoile, une figure du disparate et un microcosme ; en somme, le modèle réduit de toutes les ambiguïtés d’échelle de l’imaginaire, car selon Walter Benjamin « Odradek est la forme que prennent les choses oubliées. »

JPEG - 31.1 ko
Double Odradek, Jeff Wall, 1994

« Les uns disent que le mot Odradek vient du slave, et c’est pour cette raison qu’ils cherchent à établir la formation du mot. D’autres en revanche croient que ce mot vient de l’allemand, qu’il n’est qu’influencé par le slave. Mais en vérité le caractère incertain des deux explications permet de conclure à juste titre qu’aucune n’est exacte, d’autant plus qu’aucune d’entre elles ne permet de trouver un sens au mot. Naturellement, personne ne se consacrerait à de telles études s’il n’existait pas vraiment un être qui s’appelât Odradek. On dirait d’abord une bobine de fil plate en forme d’étoile, c’est un fait qu’il semble être vraiment couvert de fils, même si en vérité il ne peut s’agir que de bouts de fil de différentes sortes et couleurs, bouts de fil déchirés, anciens, noués ensemble mais aussi entremêlés. Cependant, ce n’est pas qu’une bobine, car du milieu de l’étoile ressort une tige transversale, et à cette tige se joint une autre dans l’angle droit. C’est au moyen de cette dernière tige et de l’une des pointes de l’étoile que l’ensemble se tient debout comme s’il était sur deux jambes. »

Le souci du père de famille / Franz Kafka, traduction de Laurent Margantin

JPEG - 43.1 ko
Jeff Wall, Odradek, Táboritská 8, Prague, 18 July 1994 (détail)

Figure exemplaire du bricolage de l’énigme qui traite de la question généalogique et des relations de parenté.

« Odradek est donc, selon Jean-François Chevrier, dans le livre qu’il consacre à Jeff Wall (Hazan, 2006), la figure emblématique d’une mobilité des figures, qui correspond à l’instabilité du partage entre le domaine du réalisme et celui de l’art d’imagination. »

JPEG - 41.7 ko
Jeff Wall, Odradek, Táboritská 8, Prague, 18 July 1994 (détail)

« Je me demande en vain ce qu’il adviendra de lui. Est-il mortel ? Tout ce qui meurt a eu auparavant sa raison d’être, une sorte d’activité à laquelle se frotter ; ce n’est pas le cas pour Odradek. Lui arrivera-t-il un jour de débouliner l’escalier de haut en bas sous les pieds de mes enfants et de leurs enfants en traînant derrière lui des filochures de fil à coudre ? »

JPEG - 31.8 ko
Jeff Wall, Odradek, Táboritská 8, Prague, 18 July 1994 (détail)

Alexandre Vialatte : « Certes, il ne fait de mal à personne ; mais je souffre presque à l’idée qu’il me survivra. »

Bernard Lortholary : « Il ne fait de mal à personne, apparemment ; mais l’idée qu’en plus il doive encore me survivre m’est presque douloureuse. »

Laurent Margantin : « Il est vrai qu’il ne fait visiblement de mal à personne, mais la pensée qu’il pourrait en plus me survivre m’est presque douloureuse. »

JPEG - 49.5 ko
Jeff Wall, Odradek, Táboritská 8, Prague, 18 July 1994 (1994).

LIMINAIRE le 25/06/2019 : un site composé, rédigé et publié par Pierre Ménard avec SPIP depuis 2004. Dépôt légal BNF : ISSN 2267-1153
Flux RSS Liminaire - Pierre Ménard sur Publie.net - Administration - contact / @ / liminaire.fr - Facebook - Twitter - Instagram - Youtube