| Accueil
LIMINAIRE
Un ouvrage d’Anne Savelli édité par D-Fiction


Ce livre, édité par D-Fiction, conçu tout d’abord comme une liste de textes paraissant chaque mois sur le site Mélico, a été écrit entre début 2009 et début 2011. Il correspond à une période durant laquelle Anne Savelli s’est trouvée en résidence au CentQuatre (oloé 1), à la Bellevilloise (oloé 4) puis à la bibliothèque Robert Desnos de Montreuil (oloé 12).

Pendant ces deux années, elle a fini d’écrire un livre intitulé Franck (oloé 3, 5 et 13), lui a cherché un éditeur, l’a trouvé ; a entrepris ces oloé, qui de six sont passés à neuf, puis à treize ; entamé la rédaction d’autres textes, dont Dita Kepler, personnage qui se métamorphose en fonction des lieux par lesquels l’auteur passe (oloé 2, 4 et 12) ; ouvert un site avec photographies pour accompagner la parution de Franck (oloé 11 et 13) ; participé à mes ateliers d’écriture à Château-Landon (oloé 6) ; effectué des lectures en public (oloé 7) ; écrit pour le web uniquement (mi-temps). Enfin elle a lu, même si pas assez à son goût, sur papier, sur écran (tous les oloé).

Des OLOÉ : Espaces élastiques où lire où écrire, par Anne Savelli

 

 

 

 

 

 

 

 

Des OLOÉ : Espaces élastiques où lire où écrire, par Anne Savelli

 

 

 

 

 

 

 

 

Des OLOÉ : Espaces élastiques où lire où écrire, par Anne Savelli

 

 

 

 

 

 

 

 

Des OLOÉ : Espaces élastiques où lire où écrire, par Anne Savelli

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Où lire sur une avenue ? Comment réussir à écrire quand les radios, leurs flashs, leurs tubes ont envahi les cafés, les boutiques et le système nerveux, les couloirs, les entrées, les quais ? Où s’asseoir quand tout nous porte à marcher en pressant le pas, serrer son sac et droit devant rentrer chez soi le plus vite possible ? Où penser ? Où rêver ?

Les oloé, ce seraient ces endroits où lire où écrire (le second ou pouvant se comprendre également, c’est au choix, comme un où sans accent), de ville, de mer, de campagne qui font une brèche, nous y accueillent. L’idée n’est pas de fuir mais plutôt de creuser. Parfois ils seront désignés avec précision, comme c’est le cas pour la chaise-table du CentQuatre trouvée dans un jardin (voir lien) aujourd’hui disparu. Lorsque l’oloé sera privé, on se réservera le droit de rester vague. Des lieux où s’attacher, se concentrer, se laisser distraire ; s’alléger, se lester, jouer des dimensions.

Ces endroits où lire où écrire :

En octobre 2010, dans le cadre d’une résidence en ligne sur le site de Mélico autour de la lecture intitulée C’est en lisant qu’on devient liseron , j’ai notamment demandé à Anne Savelli : Où lis-tu le plus souvent ? Où préfères-tu lire ? Dans quel lieu ? Dans quelle position ?

Je lis pas mal dans le métro. Je lis beaucoup dans mon lit, et beaucoup sur écran, beaucoup sur écran dans mon lit mais c’est quand même assez récent. D’ailleurs il y a deux trois ans, je me disais mais je ne lis plus, qu’est-ce qui se passe, mais en fait j’ai découvert que j’avais l’impression que je ne lisais plus parce que je ne lisais plus que sur écran, et comme je n’ai pas de liseuse, je lis juste sur un ordinateur, à un moment ça me fait mal aux yeux, donc j’ai tendance à lire des trucs assez courts et du coup j’avais l’impression de sauter d’un truc à l’autre sans vraiment me concentrer, ce qui n’était pas forcément le cas en plus. En fait j’aime beaucoup l’alternance. J’aime beaucoup me replonger dans un livre qui est un objet clos auquel je vais entièrement me consacrer, et parallèlement à ça passer, le reste de la journée à lire aussi autre chose. Je lis généralement plusieurs livres à la fois, et ça vient de l’enfance (en général j’en lis entre trois et cinq), mais sur les cinq il y en a forcément un que je vais commencer et puis continuer trois mois après, ce n’est pas de la lecture continue. C’est rare que j’abandonne un livre. Je suis aussi lectrice de manuscrit et c’est une autre façon de lire, mais je considère que c’est du travail, c’est vraiment différent.

Écoutez la pièce sonore et l’interview d’Anne Savelli diffusées en intégralité sur le site de Mélico, mémoire de la librairie contemporaine.

Des OLOÉ : Espaces élastiques où lire où écrire, par Anne Savelli

Texte & Photographies : Anne Savelli Réalisation graphique : Juan Clemente

Prix : 3,99 €

Lire en ligne des extraits de l’ouvrage

Acheter ce livre numérique

Anne Savelli est écrivain. Elle est née en 1967 à Paris, où elle vit et travaille actuellement. Elle est l’auteur de Fenêtres/Open space, écrit en 2007, et de Cowboy Junkies / The Trinity Session, écrit en 2008, deux livres parus aux éditions Le mot et le reste. Franck, son dernier livre, est paru en septembre 2010 dans la collection « la Forêt » des éditions Stock.

Des OLOÉ : Espaces élastiques où lire où écrire
Publié le 23 mai 2011
- Dans la rubrique LIVRE & LECTURE
Regard Écriture Photographie Fenêtre Lecture Biographie Livre Fragment Portrait Travail Journal Espace






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter