| Accueil
LIMINAIRE

La Région Île-de-France soutient la création littéraire dans le cadre d’une association entre un auteur et une structure d’accueil pour la réalisation d’un projet. Je viens d’obtenir ainsi une résidence d’écrivain à la Librairie Litote en tête, dans le 10e arrondissement de Paris, pour une durée de dix mois, de janvier à octobre 2010.

Devanture de la librairie Litote en tête

Le projet est construit autour de cinq axes :

1 - Écriture d’un texte autour des lignes de désir et de la sérendipité.

Projet d’écriture :

Un livre devient un autre livre à chaque fois que nous le lisons. Une ville c’est pareille invention, voyage à travers le temps, chaque parcours la transforme. Marcher dans les rues comme entre les pages d’un livre. En garder une trace. Avec cet étonnement de voir, au fil du temps, se dessiner un chemin qui n’existait pas au moment où on le parcourait.

Un livre comme une carte nous conduit quelque part, mais une fois arrivé, nous ne savons pas forcément où nous sommes, de même quand on entre dans une librairie. La sérendipité c’est avant tout la posture : posture d’attente, posture du guetteur. On cherche, on ne sait pas quoi.

Quand on anime des ateliers d’écriture c’est un peu la même démarche. Il s’agit de guetter l’événement, le fait surprenant.

Transformer la narration en jeu, sauter de case en case avec la liberté primitive qu’avait, à ses débuts, l’art de raconter. Puis tisser l’histoire à partir de la juxtaposition ou de l’entrelacement de nos lignes de désir.

À suivre sur Liminaire, dans la rubrique : Les lignes de désir.

2 - Réalisation de deux numéros de la revue de création d’ici là qui ont pour point de départ les deux phrases suivantes :

d'ici là 5 Le cœur est voyageur, l’avenir est au hasard.

Jacques Brel

L’immobilité de celui qui écrit met le monde en mouvement.

Claude Royet-Journoud

Les lignes de désir sont ces passages coupant à travers parcs et espaces verts, visibles sous forme de pistes de terre mal dégrossies ou chemins de chèvres marqués dans le paysage à mesure d’un piétinement journalier. Tracées par chacun dans une volonté d’arriver plus vite à destination, ou simplement par curiosité, ces lignes matérialisent la force de transformation et de liberté que peut prendre chaque individu sur l’espace urbain.

La sérendipité c’est trouver ce qu’on ne savait pas chercher : ce lieu social où se croisent nos trajets, dont la librairie est un des carrefours.



3 - Mise en place d’une carte blanche autour de la revue d’ici là

vendredi 19 mars

Lectures de Mathieu Brosseau, Arnaud Maïsetti, Esther Salmona, Anne Savelli, et Joachim Séné

4 - Ateliers d’écriture mensuels sur la ville :

Un lieu / un lien : Ateliers d’écriture sur la ville.

Ateliers ouverts à tous. Deuxième samedi du mois, de 14h. à 17h.

Les samedis 13 février, 13 mars, 10 avril, 15 mai, 12 juin (atelier d’écriture itinérant autour du canal Saint-Martin), 11 septembre, et 9 octobre 2010.

5 - Ateliers de création multimédia pour les scolaires :

Avec deux classes de 6e et de 4e du Collège Valmy (ateliers itinérants autour du canal Saint-Martin) : Je me souviens du canal Saint-Martin.

6 - Travail sonore sur la lecture :

« C’est en lisant qu’on devient liseron » (Raymond Queneau).

Réalisation d’une pièce sonore sur la lecture et les lecteurs de la librairie Litote en tête : Ce qu’ils achètent, ce qu’ils lisent et où, ce que lire représente pour eux, comment ils imaginent lire dans le futur. Interview et lecture d’une page 48 de leur livre de chevet. en partenariat avec le département d’anthropologie sonore de mélico (mémoire de la librairie contemporaine)

Corinne Scanvic et Maryline Giudicelli, libraires de la librairie Litote en tête, Paris X

Claude Royet-Journoud, poète

Hubert Guillaud, blogueur et rédacteur en chef revue web

Constance Krebs, éditrice web

Anne Savelli, écrivain

Tentative d’épuisement d’un lieu parisien (d’après Georges Perec) : Environnement sonore, depuis un même lieu. Échos et points de vue différents sur un espace-temps partagé à distance. Projet de diffusion dans l’émission Les Passagers de la nuit sur France Culture.

Première configuration, lors de l’atelier d’écriture du 12 juin.

7 - Visibilité numérique du travail de résidence :

Par compte-rendu régulier sur le blog de la librairie et diffusion du texte en train de s’écrire sur Liminaire.

6 commentaires
  • ponts 20 janvier 2010 17:53, par fgriot

    il faudrait que l’on trouve moyen — je ne sais pas encore comment — de tisser liens et ponts entre nos travaux... bon vent en tout cas dans ton projet...

    fred

    Voir en ligne : fgriot | résidence

    • ponts 20 janvier 2010 19:42, par Pierre Ménard

      De mon côté même envie de partage et d’ailleurs j’en profite pour le faire ici publiquement, j’allais justement t’écrire pour te demander de participer à la deuxième carte blanche de ma résidence, le vendredi 18 juin à 19h, autour de la lecture, de la performance. Je n’ai pas encore l’ensemble du plateau que je souhaite réunir à cette occasion mais je commence par toi et lance ainsi le premier pont ou passerelle ou tunnel ou comme tu voudras le nommer entre nos deux résidences. Bon vent à toi aussi Fred et à très bientôt...

      Voir en ligne : Liminaire

      • ponts 20 janvier 2010 22:16, par fgriot

        suite par mail...

        Voir en ligne : fgriot

  • les résidents 21 janvier 2010 00:42, par F

    tellement que vous vous amusez bien qu’on se dit que c’est même pas la peine de rentrer en France !

    plaisanterie mise à part, et merci la Région IdF, l’idée qu’un écrivain ayant son atelier (principal ?) sur le web soit pris au sérieux, et qu’on base une large partie du travail sur ce lien social neuf, c’est nouveau et vital pour nous tous

    Voir en ligne : TL

    • les résidents 21 janvier 2010 13:08, par fgriot

      oui. que la région IDF ait choisi des projet d’auteurs dont certains ont émergé par le net est sans doute à la fois un signe, et courage/volonté de leur part. même si depuis quelques temps l’on sait que le net a acquis cette fonction de repérage, visibilité, validation symbolique des travaux...

      même rentre quand même, on commence à s’impatienter... d’autant plus que l’on t’attend sur scène...

      Voir en ligne : fgriot | résidence

  • Premières lettres de noblesse pour le mot sérendipité qui devient enfin beau et poétique... que les jeunes CP qui travailleront autour de Claude Ponti ont de la chance (les sixièmes aussi !), que la poursuite d’une anthologie sonore via mélico est passionnante, que cette ligne de désir dessinée à même le paysage, mais que dit le panneau que celui qui marche vers nous lit, nous nous le saurons pas ! que l’idée de se poster dans si jolie Litote en tête, quand je « monte » à Paris, passer y faire un tour, et d’attendre est belle, que de pistes ouvertes pour ce projet ! Et quel bonheur de pouvoir le suivre !

Résidence d’écrivain à la librairie Litote en tête
Publié le 14 avril 2010
- Dans la rubrique LIMINAIRE
Ateliers d’écriture Lecture Sons Pierre Ménard Dérive Poésie Livre Musique Information Paris Revue Librairie Sérendipité






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter