| Accueil
LIMINAIRE
Les lieux du film d’Alfred Hitchcock aujourd’hui


L’image de San Francisco se confond pour moi avec celle de Vertigo, chef-d’œuvre d’Alfred Hitchcock tourné sur place du 28 février au 15 octobre 1957. La ville n’y joue pas un rôle central, mais elle constitue l’arrière-plan caractéristique de ce drame interprété par l’envoûtante Kim Novak et le tourmenté James Stewart.

Lors de notre séjour à San Francisco, nous sommes retournés sur les lieux du tournage du film.



L'appartement de Madeleine dans le film Vertigo d'Alfred Hitchcock

 

 

 

 

 

 

Tous les lieux de tournage de Vertigo à San Francisco à l’époque du film et les lieux tels qu’ils sont aujourd’hui sont faciles à trouver sur Internet. Il existe même des visites guidées de ces endroits.





Avec Google Street View, l’artiste Grégory Chatonsky a pu retrouver ses lieux et refaire exactement le parcours du film. Il a refilmé Vertigo chez lui en reconstituant le parcours motorisé de James Stewart à travers la ville. Son oeuvre s’intitule : Vertigo@home.





Vertigo Hotel, au 940 de Sutter Street

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour ceux qui souhaitent refaire le chemin du film, la visite peut commencer par exemple au Vertigo Hotel. Situé au 940 de Sutter Street. Dans l’entrée, un écran de télévision diffuse le film en boucle et rappelle que c’est ici que logeait le sosie de Madeleine, Judy. Dans le film l’hôtel se nommait l’Empire. Il a pris en suite le nom de York pour finalement être baptisé le Vertigo Hôtel. On peut loger dans la chambre de Judy. Si la 501 a servi de modèle aux décorateurs d’Hitchcock, c’est la 301 qui correspond à l’emplacement précis des lieux. Remise à neuf depuis, la chambre demeure familière, avec son bow window, un confortable fauteuil prêt à accueillir Scottie et un bureau où Judy écrirait sa confession. Hitchcock a choisi l’Empire Hotel pour son enseigne au néon verte, aujourd’hui disparue. Dans la première partie de Vertigo, lorsque Scottie suit Madeleine, le réalisateur a utilisé des filtres verts, baignant Madeleine d’une aura mystérieuse. Lorsque Judy remodelée en Madeleine se présente à Scottie, la lumière verte du néon souligne cette métamorphose et son apparition fantomatique.

La bouquinerie The Argonaut Bookshop, San Francisco

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus bas, dans la même rue, un arrêt s’impose au 786. La vitrine miteuse n’attire guère le regard du touriste pressé, mais, passé la porte, on entre dans la bouquinerie The Argonaut Bookshop qui est véritable une mine pour celui qui recherche des ouvrages rares sur l’histoire de San Francisco et de la Californie. Pas étonnant qu’Hitchcock s’en soit inspiré pour le « Argosy Bookshop », où Scottie et son amie Midge recherchent des renseignements sur le passé de Carlotta Valdes.

Palais of fine arts de San Francisco

 

 

 

 

 

 

 

 

Après avoir retrouvé Judy pas encore remodelée en Madeleine, Scottie se promène avec elle, bras dessus, bras dessous aux abords du Palais of fine arts San Francisco, non loin de la Marina.

Nob Hill, San Francisco

 

 

 

 

 

 

 

 

En remontant Mason Street, sur les pas de Scottie se dirigeant vers la demeure de Madeleine, on accède à Nob Hill, quartier dont la topographie en montagnes russes typiquement san-franciscaine, est traversé par les fameux cable cars, les tramways historiques de la ville.

Au 1000 de Mason Street, la résidence de Madeleine, Brocklebank Appartments

 

 

 

 

 

 

 

 

Au 1000 de Mason Street, se dresse toujours la résidence de Madeleine : Brocklebank Appartments.

Le Mark Hopkins Hotel et son bar panoramique, le Top of the Mark, à San Francisco

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Mark Hopkins Hotel et son bar panoramique, le Top of the Mark, offre une vue imprenable sur la ville. La cour intérieure de la luxueuse bâtisse edwardienne n’a pas changé. Juste en face, une scène de Dirty Harry fut filmée devant le Fairmont, grand hôtel dont pas une dorure n’a changé en trente ans. De Mason Street, la vue plonge vers la Baie de San Francisco, avec l’île d’Alcatraz en point de mire.

À Union Street, il faut remonter vers la gauche, jusqu’à Telegraph Hill et North Beach. À l’origine, ces deux quartiers situés le long du port furent ceux de l’implantation italienne dans la ville. À partir des années 50, les Italiens plus riches partent en banlieue, le quartier devient alors le foyer de la beat generation et des San-Franciscains branchés. Pas étonnant dès lors, que Midge (Barbara Bel Geddes), l’amie de Scottie, peintre et dessinatrice de sous-vêtements féminins, y ait élu domicile au n°296, sur le coin de Montgomery Street. Le bâtiment a été modifié depuis 1957, mais sa configuration demeure semblable.

La Coit Tower à San Francisco

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans les scènes de Vertigo, on peut voir par la fenêtre de Midge toute la perspective de la ville vers Russian Hill. On aperçoit aussi un monument incontournable : la Coit Tower, construite en 1933 en l’honneur des pompiers de la ville grâce à une donation d’une certaine Lillie Hitchcock, Coit, première femme pompier volontaire de San Francisco.

San Francisco vue depuis la Coit Tower

 

 

 

 

 

 

 

 

Le panorama depuis Coit Tower vaut la peine : la Baie, l’île d’Alcatraz et sa prison, le Golden Gate Bridge et toute la perspective de Lombard Street, station suivante de notre Vertigo Tour.



Le n°900 de Lombard Street à San Francisco

 

 

 

 

 

 

 

 

Scottie réside au n°900 de Lombard Street. C’est le coeur de Russian Hill, quartier dont le nom remonte au temps des pionniers, quand des immigrés russes travaillant pour des trappeurs peuplèrent cette colline alors sauvage. Le quartier est parsemé de maisons de bois accrochées à des rues dont la pente raide peut dépasser les 30% d’inclinaison.

Le n°900 de Lombard Street à San Francisco

 

 

 

 

 

 

 

 

Une pancarte « Crime Watch » et une caméra de surveillance pointée sur la porte d’entrée, signalent aux importuns de passer leur chemin. Mais la maison, en bon état, semble vide, à l’abandon. En se retournant on aperçoit bien de cet endroit la Coit Tower - que l’on voit effectivement derrière James Stewart lorsqu’il rejoint Kim Novak à l’entrée de sa maison, ce qui prouve que la géographie de San Francisco a bien été scrupuleusement respectée.

Mission Dolores, San Francisco

 

 

 

 

 

 

 

 

De l’autre côté de Market Street, artère charnière de San Francisco, s’étend Mission District, cœur historique de la région et l’emplacement d’un des plus beaux décors du film. Le 27 juin 1776, des Franciscains espagnols fondaient la mission San Francisco de Asis, plus connue sous le nom de Mission Dolores, acte officiel de naissance de la ville. Aujourd’hui bordé par Dolores Street, le plus ancien bâtiment de San Francisco abrite aussi la plus vieille église subsistant en Californie - consacrée basilique en 1952 par Pie XII. Hitchcock choisit son cimetière pour abriter la tombe de Carlotta Valdes, l’aïeule de Madeleine.

Mission Dolores, San Francisco

 

 

 

 

 

 

 

 

On y accède depuis la chapelle - où Kim Novak fut brièvement filmée. Même si l’on entend les écoliers du lycée adjacent, le lieu, fleuri et coloré, n’a rien perdu de son charme. Le cimetière est intimiste, plus petit que le découpage du film ne le laisse croire. Parmi les quelque 200 tombes, impossible de trouver celle de Carlotta Valdes même si, paraît-il, la pierre tombale créée pour le film demeura longtemps sur place. En scrutant les noms de ceux qui y reposent, on note d’ailleurs que la plupart sont d’origine anglo-saxonne et non hispanique même si le premier maire de San Francisco, Don Francisco de Haro, y a sa pierre tombale.



Palais de la Légion d'Honneur, à San Francisco

 

 

 

 

 

 

 

 

Autre décor fondamental du film, le Palais de la Légion d’Honneur se trouve à l’autre bout de la ville, dans le Lincoln Park. Il doit son nom à l’hôtel de Salm, à Paris, dont il s’inspire et qui abrite le musée de la Légion d’Honneur. Cet avatar californien est lui consacré à l’art européen et renferme l’une des plus belles collections de Rodin du monde.

Salle 6 du musée de la Légion d'Honneur de San Francisco

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est dans la salle 6 que Madeleine contemple le portrait de Carlotta Valdes - qui bien sûr n’existe pas. Mais encore une fois, l’atmosphère de l’endroit, isolé au milieu du parc bordé par le Pacifique, était un lieu idéal pour y tourner Vertigo.



Au pied du Golden Gate Bridge, à côté de Fort Point à San Francisco

 

 

 

 

 

 

 

 

Au pied du Golden Gate Bridge, à côté de Fort Point, se déroule la scène-charnière du film : la tentative de suicide de Madeleine. Construit par les Espagnols en 1776, cet emplacement stratégique gardant l’entrée de la Baie fut occupé par l’armée jusqu’en 1994. Aujourd’hui en rénovation pour les 75 ans du pont, on ne peut plus y accéder.

De retour dans le centre-ville, Union Square et le quartier le bordant, véritable cœur stratégique du San Francisco hitchcockien. Le square apparaît dans une scène où l’on voit Scottie errer au petit matin, à l’angle de Geary Street et Stockton Street. Rénové entre 2000 et 2002, Union Square demeure un lieu de prédilection des San-Franciscains qui aiment y prendre le soleil à midi. On le voit aussi, survolé par une nuée de mouettes, dans la scène d’ouverture des « Oiseaux. »

Diaporama de l’ensemble des photographies prises sur les lieux du tournage du film Vertigo d’Alfred Hitchcock à San Francisco :



Diaporama des photogrammes du film Vertigo d’Alfred Hitchcock :





1 commentaire


© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter